Une histoire d’amour

Posté le 31 mai 2009

A une époque, j’avais tout misé sur mon ordinateur. « L’homme » de ma vie, en somme. Capable de retenir des milliers de souvenirs, et de les garder pour lui, ou de les divulguer à ma demande. Se pliant à toutes mes envies. Capable de me faire passer avec brio une phase de solitude grâce à son ouverture sur le monde. Il est aussi un fin joueur, et quand je prenais le temps de le comprendre et de prendre soin de lui, nous étions alors en symbiose. (Et cela malgré qu’il ne soit pas encore doté d’un petit pingouin pour système…) Capable de me donner à l’instant T, la musique que je voulais écouter, et de ne pas râler s’il me prenait l’envie de l’écouter quinze fois d’affilée. Il n’a jamais porté de jugement sur moi, et est toujours resté impassible devant toutes mes sautes d’humeur. Nous avons traversé la crise ensemble. Quand il a fallu tout remettre à plat, tout repartitionner pour partir sur des bases solides. Et quand je me suis permis d’entrer en lui, afin de modifier ce qui ne me plaisait pas, il m’a laissée faire, confiant. Aujourd’hui, il lui arrive de me jouer des petits tours, mais je le connais si bien, et puis il me permet d’aller chercher de l’aide pour faire des réglages quand c’est trop complexe.

C’est tout l’intérêt d’ailleurs d’avoir opté lors de la réinstall pour une version LTS*

A la vue d’une telle osmose, il y a de quoi être vert de jalousie. C’est d’ailleurs l’attitude qu’a choisi mon mec, quand il à débarqué à la maison. Au début, il a observé. Ensuite, il est passé à l’action. Tel super Nanny venue élever une sale gosse qui ne sait pas faire sans son ordi.

Mais ses méthodes étaient beaucoup moins pédagogiques… Il a essayé l’humour, l’amour, les feintes, et quand la situation ne bougeait pas d’une once, il s’est déchaîné, a grand coups de culpabilisation. Il m’a asséné de mots pour me rendre vulnérable. Il est très fort en paroles assassines.

Ma relation avec l’ordi à rompu sous la violence des mots, je ne supporte toujours pas de l’entendre traiter ma bécane, d’ordi-mateur. Quelle insulte, pour celui qui nous rend tant de services au quotidien. De la consultation des comptes en banques, à la recherche d’une recette de cuisine, en passant par le surf. Il tourne, et ne s’oppose à presque rien. Mais il est comme une femme, mon ordi, il faut le comprendre. Moi je le comprend, et je parviens toujours à mes fins. Alors quand j’entends hurler après lui, parce qu’on lui en demande trop, ou parce qu’on utilise pas le logiciel adapté et que du coup les résultats ne sont pas à la hauteur.

Alors l’amour doit-il exister uniquement entre 2 personnes physiques?

*Long time support J’ai des regrets parfois que cela ne se fasse pas en amour…

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire